Visites au Mucem 

 Lectures gourmandes 

 Conférences 

 Sorties 

 Voyages 

Nouvelles activités


mardi 21 mars
Centre de Conservation et de Ressources
vendredi 10 mars
Conférence : L’émir Abd el-Kader, une figure de la médiation
mercredi 15 mars
Visite privée de la maison Castel
mardi 14 mars
Conférence UTL : « BARVALO, Générations romani »
mardi 4 avril
Conférence UTL : "A la recherche des fromages disparus"
lundi 27 février
Une lecture historique de la Méditerranée aux XVIe et XVIIe siècles

lecture

jeudi 2 février : Lectures gourmandes : La décision de Karine Tuil

Tour du Roy René (entrée côté Vieux Port)
LA DECISION IMAGE

×

Lectures gourmandes : La décision de Karine Tuil

  Mai 2016. La juge Alma Revel doit se prononcer sur le sort d'un jeune homme suspecté d'avoir rejoint l'État islamique en Syrie.  À ce dilemme professionnel s'en ajoute un autre, plus intime : mariée, Alma entretient une liaison avec l'avocat qui représente le mis en examen. Entre raison et déraison, ses choix risquent de bouleverser sa vie et celle du pays...
Karine Tuil nous entraîne dans le quotidien de juges d'instruction antiterroristes, au cœur de l'âme humaine, dont les replis les plus sombres n'empêchent ni l'espoir ni la beauté.    


sortie

vendredi 3 février : Toulon : Exposition Yves Saint Laurent, Musée de la Marine

Yves-Saint_Laurent

×

Toulon : Exposition Yves Saint Laurent, Musée de la Marine

Yves Saint-Laurent : une ode au plus grand couturier du XXe siècle - un hommage qui illustre la mémoire des formes sur laquelle se sédimentent les grandes épopées de la haute couture.... Musée de la Marine : Créé à la fin du Premier Empire, le musée national de la Marine de Toulon est installé à côté de la Tour de l’Horloge de l’arsenal. Véritable mémoire de l'arsenal de Toulon dont il conserve la majestueuse porte monumentale (1738), le musée conserve et expose une exceptionnelle collection de modèles de vaisseaux, ainsi qu’une maquette de galère.


sortie

mercredi 8 février : Une journée à Aix-en-Provence

Yves Klein -Hôtel de Caumont - David Hockney -Musée Granet-
IMAGE KLEIN 1 D HOCKNEY

×

Une journée à Aix-en-Provence

Exposition "Yves Klein, intime" 10h45 à l'Hôtel de Caumont  Yves Klein (1928-1962) est assurément l’un des artistes français de la seconde moitié du XXe siècle les plus célèbres. Depuis sa disparition prématurée en 1962, à 34 ans, la reconnaissance internationale de son œuvre n’a jamais cessé de grandir. Le bleu lumineux et profond qu’il a fait breveter, le fameux IKB (International Klein Blue), est connu bien au-delà du cercle des amateurs d’art.  À côté des chefs-d’œuvre les plus emblématiques – dont les Monochromes et les Sculptures Éponges, les peintures dorées Monogolds, ou encore les Anthropométries et les Peintures de Feu – vous pourrez découvrir des œuvres moins connues du grand public, ainsi que des archives inédites et des objets uniques issus de son fonds d’atelier. Quelques œuvres d’autres artistes seront aussi exposées, ainsi que des projets collaboratifs, en guise de témoignage des liens d’amitié et de complicité créative que Klein a entretenus avec des collègues et amis tels qu’Arman, Christo, Martial Raysse ou encore Jean Tinguely. Intervenant : Laurent GENEST Conférencier National. Diplômé de l’Ecole du Louvre en Histoire de l’Art et en Archéologie,  Exposition "David Hockney"  15h30 au Musée Granet Cet artiste est l’un des plus influents et populaires au monde. Né à Bradford au Royaume-Uni en 1937, il a étudié au sein de la Bradford School of Art et du Royal College of Art de Londres avant de réaliser certaines des œuvres les plus célèbres de ces 60 dernières années dans le domaine de l’art contemporain.S’inspirant de nombreuses sources, dont l’imagerie populaire et les œuvres de maîtres anciens et modernes, le travail de David Hockney porte sur les grands classiques de l’art (natures mortes, portraits et paysages) et sur sa grande obsession : la représentation et la perspective. Il a également mis en avant dans ses œuvres la multiplicité des possibilités dans les domaines traditionnels de la peinture, de la gravure et du dessin, mais aussi dans son utilisation plus contemporaine de la photographie et des technologies numériques.En 9 sections retraçant sa carrière du milieu des années 1950 à aujourd’hui, les œuvres présentées dans cette exposition proviennent principalement de la collection de la Tate au Royaume-Uni mais aussi de collections particulières. La visite de l’exposition sera commentée par un médiateur /une médiatrice du Musée Granet


conf

mercredi 15 février : "Atelier contes" : Conter, passer du lire au dire, offrir le dire

avec Annemarie DINVAUT, Amie du Mucem, conteuse et sociolinguiste
expo_contes

×

"Atelier contes" : Conter, passer du lire au dire, offrir le dire

Atelier en présentiel, création de contes. Objectif : réactiver notre pratique du conte. Contenus : - réflexion sur le conte comme pratique familiale, amicale, sociale.  - compréhension du rôle et de la structure des contes.  - pratique du conte (choix parmi vos contes préférés, ou parmi ceux de l’atelier) : dire, adapter, créer.


conf

mercredi 15 février : "Atelier contes" : Restitution

avec Annemarie DINVAUT, Amie du Mucem, conteuse et sociolinguiste
expo_contes

×

"Atelier contes" : Restitution

Présentation de l'atelier contes qui aura eu lieu le matin.   


conf

samedi 18 février : Les expositions du Mucem à travers les contes

avec Annemarie DINVAUT, Amie du Mucem, conteuse et sociolinguiste
expo_contes

×

Les expositions du Mucem à travers les contes

Dans le cadre des expositions Ghada Amer et Amitiés, créativité collective, un temps de contes. Les sorcières ne sont-elles pas particulièrement douées pour la création en bandes organisées ? Voici ce que les contes nous permettront d’explorer.    


sortie

samedi 18 février : Théâtre de la Criée : « Liya Petrova et orchestre de l'opéra de Toulon »

Concert Beethoven
Liya_Petrova

×

Théâtre de la Criée : « Liya Petrova et orchestre de l'opéra de Toulon »

Depuis quelques années l’étonnante artiste bulgare Liya Petrova occupe une place de choix dans le paysage musical français, et avec bonheur.   Soirée beethovénienne ! Avec l’Orchestre de l’Opéra de Toulon, la brillante violoniste interprète le célèbre Concerto pour violon et orchestre en ré majeur, op. 61 auquel elle a déjà consacré un enregistrement prodigieux. Suivra l’électrisante Symphonie n° 2, sous la direction de Philippe Bernold.    


visite

lundi 27 février : Une lecture historique de la Méditerranée aux XVIe et XVIIe siècles

Visite commentée par Adeline Joly* et Régis Bernard*, Amis du Mucem
Philippe 2 Soliman 2

×

Une lecture historique de la Méditerranée aux XVIe et XVIIe siècles

* Adeline Joly, historienne, Université de Lyon et Régis Bernard, sociologue, Université de Lyon, Amis du Mucem.
L'exposition Connectivités propose, en suivant l’approche de Fernand Braudel, une lecture historique de la Méditerranée à travers les connexions, échanges, métissages, rivalités et guerres entre ses villes phares au XVIe et XVIIe siècles, partagées entre deux blocs et leurs sphères d’influence : l’empire Ottoman (Istanbul, Alger et Venise) et l’empire Habsbourg (Séville, Lisbonne et Gênes).
Ce relatif équilibre sera rompu lorsque d’autres routes maritimes s’ouvriront, donnant lieu à de nouveaux équilibres et de nouveaux pouvoirs.


sortie

mardi 28 février : Théâtre de la Criée : « Falaise Baro d’Evel »

Falaise

×

Théâtre de la Criée : « Falaise Baro d’Evel »

Fresque monumentale, d’un art total à la croisée des genres, Falaise explore la chute avec humour, rage et poésie.   Dans l’obscurité des cavernes, le son était pour les hommes une boussole, la lumière qui les guidait dans l’aveugle, le chant qui éclairait contre les parois. Il fallait crier pour se repérer. Il fallait chanter pour éclairer le noir. Ici aussi, ça crie, ça cherche, ça tâtonne. Ça avance du mieux que ça peut dans le tunnel de l’époque. Difficile de savoir si c’est le pied du mur ou le sommet du monde, si la vie y meurt ou si elle renaît. Mais ça chute et ça se relève avec la même évidence, avec la même innocence, avec la même insistance. Ça veut s’en sortir. Coûte que coûte. C’est nombreux. C’est un troupeau. C’est une foule. Presque une famille. Et dans les interstices d’un monde en ruine, ça invente du nouveau. Une autre fin du monde est possible – elle a même commencé. Voilà ce que disent ces corps. Ceux de la vie qui luit, ceux de la vie qui cogne.    


visite

jeudi 2 mars : Exposition "Alexandrie, futurs antérieurs"

Visite commentée par Enguerrand Lascols, conservateur du patrimoine
Asli Cavusoglu_Gordian Knot_2013 Background_2013

×

Exposition "Alexandrie, futurs antérieurs"

          Hrair Sarkissian, Background, 2013. © Hrair Sarkissan.       xxxxxxxxA. Cavusoglu, G. Knot, 2013. Ceramic. Photo: H. Cangökçe     L’exposition « Alexandrie : futurs antérieurs » revisite l’histoire et le présent de la ville égyptienne, loin des mythes et des stéréotypes qui lui sont traditonnellement associés. Conjuguant deux approches – la recherche archéologique et l’art contemporain –, elle nous invite à considérer Alexandrie sous un angle inédit.
 L’exposition présente des artefacts couvrant une période de plus de sept siècles, entre la fondation de la ville par Alexandre le Grand (331 av. J.-C.) et l’avènement du christianisme (381 apr. J.-C.). Elle propose également des incursions dans des vestiges datant des temps byzantins, arabo-islamiques et modernes.
A travers cette sélection de quelques 200 œuvres et objets issus des plus importantes collections muséales européennes, l’exposition met en lumière le patrimoine et l’héritage d’Alexandrie en abordant son organisation urbanistique, politique et religieuse, mais aussi la vie quotidienne de ses habitants ainsi que le rayonnement scientifique et philosophique de ce haut lieu civilisationnel du monde antique.
L’exposition s’intéresse aussi à l’Alexandrie contemporaine. Une ville marquée par une constante érosion écologique, sociale et politique, déterminée par son passé colonial et les tumultes de la mondialisation. Au fil du parcours de l’exposition, seize artistes contemporains élargissent notre regard avec des œuvres qui explorent la ville d’aujourd’hui, sa complexité et le paradoxe de ses représentations marquées par de constants allers-retours entre temps historique, temps actuel et temps imaginaire. On découvre ainsi une sélection inédite d’œuvres d’art contemporain, dont trois spécialement conçues pour l’exposition par les artistes Wael Shawky, Jasmina Metwaly et Mona Marzou.


sortie

samedi 4 mars : Théâtre de la Criée : "Phèdre"

Phedre

×

Théâtre de la Criée : "Phèdre"

Le chef-d’œuvre de Racine dit un combat entre ombre et lumière, entre désir et honneur, dicté par la violence des sentiments qui animent Phèdre, la plus touchante et la plus mémorable victime de l’amour. Phèdre, l’héroïne tragique par excellence, confesse son tourment et son coupable amour pour le jeune Hippolyte, le fils de son mari Thésée, roi d’Athènes, qu’il a eu d’une Amazone. Bientôt la rumeur de la mort de Thésée se répand dans la cité, Phèdre annonce à Hippolyte cette tragique disparition et lui avoue son amour. Le jeune homme qui aime Aricie repousse Phèdre. Douleur des aveux. Éclate alors une autre nouvelle, terrible pour Phèdre : Thésée n’est pas mort ; il est de retour et Hippolyte l’accompagne. Quel destin pour la jeune reine qui par amour s’est déshonorée aux yeux de son époux et n’échappera plus à la malédiction des dieux ?    


sortie

lundi 6 mars : Théâtre de la Criée : « Carminho : Maria »

Concert de Fado
Carminho

×

Théâtre de la Criée : « Carminho : Maria »

Icône du Portugal connue dans le monde entier, la jeune diva Carminho est aujourd’hui, avec ses quatre albums, l’une des interprètes majeures du fado. Carminho a écrit et composé en grande partie Maria où se mêlent fado ancestral et sonorités brésiliennes, jazz, voire pop. La guitare de Luis Guerreiro, celle acoustique de Flávio Cardoso, la basse de Tiago Maia, la Lap Steel guitar de Pedro Geraldes et la voix de la jeune chanteuse dialoguent avec virtuosité dans un moment musical poignant, inoubliable !    


sortie

mardi 7 mars : Sortie Occitane-projet ITER

Occitane ITER

×

Sortie Occitane-projet ITER

Le matin , visite guidée de l’usine de L’occitane pour découvrir ses processus de fabrication, ses laboratoires, et profiter d’une variété d’expériences sensorielles tout au long de la visite. Projet ITER : en latin "le chemin", est l’aboutissement de soixante ans de recherche dans le domaine de la physique des plasmas ainsi que du retour d’expérience accumulé par des centaines de « machines de fusion », qui conduit à la maîtrise et à l'exploitation. 35 pays sont engagés et collaborent à se projet. Ils ont mis en commun leurs ressources pour réaliser une grande ambition : reproduire sur Terre l'énergie illimitée qui alimente le Soleil et les étoiles.


lecture

jeudi 9 mars : Lectures gourmandes : Les Huit montagnes de Paolo Cognetti

Tour du Roy René (entrée côté Vieux Port)
Les-Huit-Montagnes IMAGE2

×

Lectures gourmandes : Les Huit montagnes de Paolo Cognetti

  "Quel que soit notre destin, il habite les montagnes au-dessus de nos têtes."
Pietro est un enfant de la ville. L’été de ses onze ans, ses parents louent une maison à Grana, au cœur du val d’Aoste. Là-bas, il se lie d’amitié avec Bruno, un vacher de son âge. Tous deux parcourent inlassablement les alpages, forêts et chemins escarpés. Dans cette nature sauvage, le garçon découvre également une autre facette de son père qui, d’habitude taciturne et colérique, devient attentionné et se révèle un montagnard passionné.
Vingt ans plus tard, le jeune homme reviendra à Grana pour y trouver refuge et tenter de se réconcilier avec son passé.


conf

vendredi 10 mars : Conférence : L’émir Abd el-Kader, une figure de la médiation

par Ahmed Bouyerdene, chercheur en histoire, auteur et docteur en études méditerranéennes et orientales de l’Université de Strasbourg. Chercheur associé à l’IREMAM-UMR 7310, CNRS-IEP- Aix Marseille Université. Membre de la chaire Unesco "Emir Abdelkader pour les Droits de l'Homme et la Culture de Paix".
Abd_el_Kader AeK-Damas

×

Conférence : L’émir Abd el-Kader, une figure de la médiation

Après avoir parcouru un grand nombre de pays de la Méditerranée, Abd el-Kader part à Brousse puis passe la dernière partie de sa vie à Damas ou son travail sur les textes sacrés et ses réflexions sur les sociétés, lui fera publier "Rappel à l'intelligent, avis à l'indifférent" Figure politique et mystique majeure de la modernité, l’émir d’Abd el-Kader (1808-1883) a souvent été posé comme un modèle de médiation, de réconciliation et de culture de paix. Sur quoi se fonde cette affirmation ? Nous tenterons au cours de notre intervention de répondre à cette question en remontant le fil du temps et en faisant des haltes sur des moments clefs de sa vie et de son héritage politique, intellectuel et spirituel. Ahmed Bouyerdene résume et dit de lui dans son livre « Abd el-Kader l’harmonie des contraires » : « L’émir est un homme qui fut constamment en mouvement, cherchant le point d’équilibre en lui-même face à une modernité qui l’a placé face à ses propres contradictions, et qu’il parvient, in fine, à harmoniser. Dans ses écrits, et notamment dans sa fameuse Lettre aux Français, traduite dès 1858, il en appelait à une fraternité vraie et totale entre musulmans et chrétiens ».


conf

mardi 14 mars : Conférence UTL : « BARVALO, Générations romani »

par Julia FERLONI, Conservatrice du patrimoine, une des commissaires de cette exposition, Responsable du pôle « Artisanat, Commerce et Industrie », au Mucem et Françoise DALLEMAGNE, co-commissaire associée, Chargée de collections et de recherche, Mucem
Gabi_Jimenez Out_of_Egypt

×

Conférence UTL : « BARVALO, Générations romani »

Caravane sous deux cyprès, Gabi Jimenez, 2001, Mucem                                Out of Egypt, Magorzata Murga-Tas, 2021, Mucem « Barvalo », signifiant « riche » et par extension « fier » en romani, a pour sujet l’histoire et la diversité des populations romani d’Europe.
L’exposition traite également de l’antitsiganisme contre lequel ceux que l’on continue d’appeler « Tsiganes » luttent depuis un millénaire. Elle est conçue de manière collaborative par une équipe de dix-neuf personnes d’origine romani (roms, sinte, manouches, gitans, voyageurs) et non-romani, de nationalités et de profils différents. Tous œuvrent à ce projet depuis 2018.
Barvalo déroule une première partie historique, depuis les premiers témoignages de l‘arrivée en Europe de populations romani jusqu'au début du deuxième millénaire.
L’exposition met en lumière les ressorts par lesquels les persécutions contre les populations romani, culminant avec l’Holocauste, sont apparues et se perpétuent. Il s'agira également de reconnaître le rôle des représentations stéréotypées dans la culture et le folklore. En parallèle, le visiteur découvre la manière dont les groupes romani se sont exprimés, notamment au travers d’une langue commune, le romani, et ont agi et revendiqué leurs droits dans ces situations d'oppression.
Une deuxième partie propose une réflexion contrastée sur les notions d’appartenance et d'identité en prenant le parti d’inverser le regard du visiteur à travers une installation de l’artiste Gabi Jimenez, le musée du Gadjo. Il y illustre la gadjologie, une science imaginaire et parodique de l’Autre selon la perception romani.
En fin de parcours, une galerie de portraits de personnalités célèbres et moins connues témoigne de la richesse des cultures romani et de la fierté des différentes communautés à contribuer à la diversité culturelle des sociétés européennes.


sortie

mercredi 15 mars : Visite privée de la maison Castel

Castel

×

Visite privée de la maison Castel

Gaston Gastel (1886-1971) est un architecte qui a profondément marqué le paysage urbain de la Ville de Marseille, de 1920 à 1960 environ. Il est l’auteur de nombreuses oeuvres à Marseille : la reconstruction partielle de l’opéra, l’extension du Palais de Justice, le monument aux morts de l’armée d’Orient, des immeubles sociaux, etc., il a participé aussi à la reconstruction du Vieux-Port. Il fut également l’architecte en chef du département des Bouches-du-Rhône jusqu’en 1941, on lui doit à ce titre de nombreuses constructions : hôtels de ville, écoles, salles des fêtes, etc. Ses réalisations s’élèvent à plus de 270. Le Département lui a consacré une exposition aux archives départementales et un ouvrage en 2008. Gaston Castel se fait construire en 1921, sur une curieuse parcelle d’angle, ce qui sera à la fois ses ateliers et ses appartements. C’est un ensemble d’inspiration art déco que l’architecte dessina, ce qui vaudra au bâtiment d’être classé en1981.


sortie

mercredi 15 mars : Sur les traces de l’antique Massalia

Jardin des vestiges - Musée d’Histoire de Marseille - Les Docks
jardin_des_vestiges

×

Sur les traces de l’antique Massalia

L’arrivée des grecs à Marseille n’est pas à mettre en doute, mais quels en sont les vestiges, où les retrouver dans la cité-état que fut Massalia ? C’est un parcours que nous fera suivre Stéphane Abellon tout en nous contant l’histoire de notre ville au temps des grecs, du jardin des vestiges du port antique en passant par les navires du musée d’histoire puis la visite des Docks et le cheminement dans le vieux Marseille à la recherche des axes de l’antiquité…  Stéphane Abellon, archéologue et médiateur culturel au Musée de Marseille, nous fera revivre une histoire de notre passé dont les traces sont toujours présentes.    


visite

mardi 21 mars : Centre de Conservation et de Ressources

Centre Interdisciplinaire de Conservation et de Restauration du Patrimoine
photo CCR

×

Centre de Conservation et de Ressources

  Pour tous ceux et celles qui ont suivi avec intérêt le séminaire « Les coulisses des musées », la commission « Activités » vous invite à découvrir ou redécouvrir le Centre de Conservation et de Ressources situé dans le quartier de la Belle de Mai, non loin de la gare Saint Charles et qui abrite l’ensemble des collections du Mucem Ces collections, héritées du musée national des arts et traditions populaires et du musée de l’Homme (avec un dépôt de plus de 30 000 objets) et enrichies depuis le début des années 2 000 de près de 20 000 objets provenant de l’aire méditerranéenne, sont stockées dans le respect des normes de conservation préventive dans ce bâtiment entièrement conçu pour garantir leur sécurité et leur conservation. Nous serons accueillis par Marie-Charlotte Calafat,Conservatrice du Patrimoine. Responsable du département des collections et des ressources documentaires Cette visite nous donnera aussi l’opportunité de voir l’exposition « Savoir-faire textiles en Méditerranée commentée par Raphaël Bories, Conservateur Responsable du pôle Croyances et Religions Le Centre Interdisciplinaire de Conservation et Restauration du Patrimoine intervient dans la conservation curative et préventive, dans l’étude et la recherche des phénomènes d’altération des matériaux et dans l’accueil des œuvres en restauration. IL est doté d’équipements scientifiques permettant de mener à bien la caractérisation de matériaux très divers,en particulier sur des micro-échantillons, et d’en étudier les propriétés. La visite de ce lieu nous ouvre à un univers où tableaux-toiles et cadres- tapisseries, meubles sont confiés au diagnostic des experts scientifiques dotés d’un matériel technologique de pointe et à des restaurateurs spécialisés Cette visite sera commentée par Dominique Vingtain, directrice du CICRP   


sortie

mercredi 22 mars : Visite à la Bibliothèque de l'Alcazar

Département des Fonds rares et précieux
FONDS PRECIEUX ALCAZAR

×

Visite à la Bibliothèque de l'Alcazar

Un peu d’histoire  L'Alcazar est un grand lieu du music-hall de 1857 à 1966, il a été transformé en cinéma en 1931. C’est un site hautement célèbre dans la mémoire locale, mais aussi dans l'histoire du music-hall en France. L'Alcazar se situait à l'époque dans un quartier de tripots, de maisons closes, un quartier de "nervis" et de "cagoles". C'était une entreprise avec un personnel permanent, occasionnel ou intérimaire (musiciens en orchestre, troupes, ateliers). C'était un lieu où se produisaient des artistes de renommée nationale ou internationale (Chevalier, Montand, Turcy, Silva, Raimu, Fernandel...) devant un public hétéroclite de connaisseurs difficile à impressionner et à conquérir (jets de tomates ou tout autre fruit ou légume, quolibets...) : une force de sanction et une scène comme tremplin. Un championnat annuel comme l'Artistica était réputé et les directeurs de salles venaient y faire leur marché. Bref, l'Alcazar était un véritable lieu d’émulation locale qui fit émerger nombre de grandes figures Marseillaises et Toulonnaises. Il était en avant garde des cafés-théâtres, c’était un lieu de propositions.


visite

samedi 25 mars : Exposition "Alexandrie, futurs antérieurs"

Visite commentée par Enguerrand Lascols, conservateur du patrimoine
Asli Cavusoglu_Gordian Knot_2013 Background_2013

×

Exposition "Alexandrie, futurs antérieurs"

          Hrair Sarkissian, Background, 2013. © Hrair Sarkissan.       xxxxxxxxA. Cavusoglu, G. Knot, 2013. Ceramic. Photo: H. Cangökçe     L’exposition « Alexandrie : futurs antérieurs » revisite l’histoire et le présent de la ville égyptienne, loin des mythes et des stéréotypes qui lui sont traditonnellement associés. Conjuguant deux approches – la recherche archéologique et l’art contemporain –, elle nous invite à considérer Alexandrie sous un angle inédit.
 L’exposition présente des artefacts couvrant une période de plus de sept siècles, entre la fondation de la ville par Alexandre le Grand (331 av. J.-C.) et l’avènement du christianisme (381 apr. J.-C.). Elle propose également des incursions dans des vestiges datant des temps byzantins, arabo-islamiques et modernes.
A travers cette sélection de quelques 200 œuvres et objets issus des plus importantes collections muséales européennes, l’exposition met en lumière le patrimoine et l’héritage d’Alexandrie en abordant son organisation urbanistique, politique et religieuse, mais aussi la vie quotidienne de ses habitants ainsi que le rayonnement scientifique et philosophique de ce haut lieu civilisationnel du monde antique.
L’exposition s’intéresse aussi à l’Alexandrie contemporaine. Une ville marquée par une constante érosion écologique, sociale et politique, déterminée par son passé colonial et les tumultes de la mondialisation. Au fil du parcours de l’exposition, seize artistes contemporains élargissent notre regard avec des œuvres qui explorent la ville d’aujourd’hui, sa complexité et le paradoxe de ses représentations marquées par de constants allers-retours entre temps historique, temps actuel et temps imaginaire. On découvre ainsi une sélection inédite d’œuvres d’art contemporain, dont trois spécialement conçues pour l’exposition par les artistes Wael Shawky, Jasmina Metwaly et Mona Marzou.


voyage

mardi 28 mars - dimanche 2 avril : Andalousie

Alhambra

×

Andalousie

Séville : Giralda et cathédrale, Palais de l’Alcazar, quartier de santa Cruz, Place d’Espagne, musée du Flamenco, spectacle de Flamenco, Parc Maria Luisa, quartier de Santa Cruz.…
Cordoue : mosquée-cathédrale, visite de la ville ancienne, notamment du quartier de la Juderia, l’Alcazar, le musée vivant d’Al Andaluz, Médina Azahara (extérieur de la ville)….
Grenade : l’Alhambra (palais et jardins, le Generalife, la cathédrale et son quartier, le Sacromonte, le musée de femme gitane, l’Albayzín, dîner-spectacle de flamenco….


conf

mardi 4 avril : Conférence UTL : "A la recherche des fromages disparus"

par Dominique Frère, professeur d’archéologie à l’Université de Bretagne Sud à Lorient et Edouard de Laubrie, responsable du pôle « Agriculture & Alimentation » du Mucem
faisselle

×

Conférence UTL : "A la recherche des fromages disparus"

faisselle à fromage par François Arondeau, potier à Ligron (Sarthe), 19e siècle, Mucem, Inv. 1982.8.6, cl. Mucem Une coopération exceptionnelle associe en 2023 le département de la Recherche et de l’Enseignement du Mucem avec quatre universitaires français. Dominique Frère et Edouard de Laubrie, revisitent la collection de près de 400 faisselles à fromage que conserve le Mucem, essentiellement en provenance de différents terroirs français. Grâce à l’expérience de Dominique Frère en archéologie expérimentale appliquée notamment à la reconstitution de fromages d’après les auteurs de l’Antiquité romaine, c’est une lecture originale de la collection ethnographique qui est proposée et qui renouvelle l’approche de la culture matérielle. Des enquêtes sur le savoir-faire des techniques fromagères sont également prévues en région PACA, en Corse, en Sardaigne et en Grèce. C’est la narration de ce projet dont il sera question lors de cette communication à deux voix.


visite

jeudi 6 avril : Jardins des migrations

Visite commentée par Catherine Millet et Agnès Westendorp, Amies du Mucem.
Jardin_des_migrations

×

Jardins des migrations

Le Jardin des migrations, qui relie le MUCEM et le fort Saint Jean, a été aménagé de 2011 à 2013 par l’agence APS de Valence (paysagistes, urbanistes et architectes). C’est un jardin méditerranéen de plus de12 000 m2 que les marseillais ont aussitôt adopté. Nous vous invitons à déambuler dans ce jardin unique, ouvert sur le large, hommage aux voyageurs qui ont naguère débarqué à Marseille et ont apporté avec eux des plantes de tout le pourtour de la Méditerranée. Qu’elles soient à usage domestique, aromatique, tinctorial, médicinal, ces plantes ont contribué à tisser des liens historiques entre les peuples. On en parle depuis l’Antiquité, que ce soit dans la mythologie, la Bible ou le Coran. Cette promenade à deux voix nous permettra de visiter les divers espaces de ce jardin, dont les plantes,souvent introduites par l'homme au cours des siècles, évoquent le brassage des cultures autour de la Méditerranée. Nous pourrons comprendre les pratiques de développement durable de ce jardin sec, qui sera peut-être un modèle pour les jardins du futur.


sortie

vendredi 7 avril : Exposition "Louis Pons" au Musée cantini

« J’aurai la peau des choses »
Louis_Pons

×

Exposition "Louis Pons" au Musée cantini

Louis Pons, né et décédé à Marseille, fut l’homme des mots, du tracé et des traces. Il nous entraîne dans un monde parfois cauchemardesque aux frontières d’un univers fantastique, parfois inquiétant quand il n’est pas mis à distance par l’humour qui en dissipe les monstruosités. Louis Pons fut d’abord un dessinateur exceptionnel, reconnaissable à son trait qu’il entrelace et superpose jusqu’à faire surgir des êtres énigmatiques dont la nature – humaine, animale ou végétale – demeure ambiguë. Au-delà d'un discours autour de la modernité, c’est bien l'itinéraire d'un artiste-poète unique, qui nous est proposé.